Le BLANC-ARGENT
René Bureau - Daniel Wantz
©2004 2019 Bus-Métro-Train


I - Circulation sur le Blanc-Argent en 1998.


baav.jpg (13771 octets)
Autorail: l'avant.

baar.jpg (17306 octets)
Autorail: l'arrière.

bacd.jpg (16552 octets)
Autorail: poste de conduite.

    La gare S.N.C.F. de Salbris est reliée à Lucay-le-Male par une ligne de chemin de fer à voie étroite (1 m) d‘une longueur de 67 km.

    Cette ligne dessert les villes de : Salbris, La Ferté-Imbault, Selles-Saint-Denis, Loreux, Villeherviers, Romorantin, Les Quatres roues Pruniers, Gièvres, Chabris, Varennes sur Fouzon, Valençay, La Gauterie et Lucay-le-Male.

   Son parcourt lui fait traverser les beaux paysages de la Sologne ; paysages variés, boisés et sablonneux.

    La voie est ancienne et en assez mauvais état. La ligne est équipée de rails DC 25 kg avec coussinets et coins. Les cahots transversaux y sont nombreux et bien prononcés.

   Certains rails en virages ont été changés et modernisés.

    Il est parcouru par des autorails des marques: CFD (1984), Verney (1984). La vitesse maximum est fixée à 85 km/h. La vitesse oscille entre 60 et 70 km/h.

   C’est un maximum compte tenu de l’état de la voie.

   Nous avons aperçu un autorail De Dion de 1947.

   Ce petit train circule sur une partie de circuit d’une ancienne ligne qui circulait entre les villes d’Argent et de Le Blanc. Vous pouvez suivre le tracé original exact en consultant la carte générale

bali.jpg (17270 octets)
La voie.

bagare.jpg (15928 octets)

 (Oberthur) ainsi que les deux cartes Michelin de 1953.

   Le B.A. a été mis en service en 1902 entre Le Blanc (Indre) et Argent-sur-Sauldre (Cher). La longueur de la ligne était de 191 km et desservait 40 gares ou haltes.

   La section Clémont – Argent a été fermée en 1951.

   La section Salbris – Clémont a été fermée le 15-02-1973 et la voie déposée en 76/77.

   Nous avons retrouvé la plate-forme de l’embranchement vers Argent au départ de Salbris. Elle est déferrée et à Salbris elle est en partie reprise par une rue.

.ROMO01.JPG (35152 octets)
Romorantin

romo03.JPG (20875 octets)
Romorantin

romo04.JPG (33953 octets)
Romorantin

romo05.JPG (29075 octets)
Romorantin

   Cette ancienne portion de voie desservait: Les Loges, Vernon-le-bas, Souesmes, Pierrefitte sur S., Brinon sur S., Clémont et Argent.

  Il a existé de début 1940 à 1953, date du démontage des voies, un raccordement vers l' Atelier de chargement de Salbris (groupe A). Les travaux de cette voie dont l'embranchement était situé au domaine de La Bussière, ont étés réalisés de septembre à décembre 1939, et début 40 les premiers convois d'ouvriers circulaient. Après le bombardement de 1944, cette ligne de raccordement sera rouverte dès le début de 1945, et pour deux ans. Le revêtement de la route Salbris-Romorantin a été coulé par-dessus les rails restés en place, et quelques traverses servent aujourd'hui à clôturer le chemin.

   De l’autre coté, les voies continuent après Lucay-le-Male mais ne sont plus entretenues. Les folles herbes s’y développent.

   La ligne desservait: Terre-Neuve, Ecueillé, Heugnes, Pellevoisin, Juscon, Buzançais, Chaventon, Vendoeuvres, Subtray, Mezières en Brienne, Saint-Michel-en-Brenne, Douadie, Azé-le-Blanc, Le Blanc.

   Il existe un projet de réouverture entre Lucay-le-Male et Ecueillé (28 km).

   D’après l’UNECTO (Union des Exploitants de Chemins de fer Touristiques et de musées), la SABA (Société d’Animation du Blanc-Argent) propose d’exploiter ce tronçon supplémentaire. Des locotracteurs diesel et des voitures suisses ont été rassemblés dès 1996.

   Les commentaires sur place ne sont pas très encourageants. L’ouverture de la prolongation ne serait pas pour demain…

romo02.JPG (27672 octets)
Romorantin

romo06.JPG (39014 octets)
Romorantin

BARACCOR.JPG (21313 octets)
A droite, la plate-forme de l'ancien raccordement vers les ateliers de chargement

    Nous avons parcouru la ligne encore ouverte à la circulation  de bout en bout, aller et retour.

   Nous avons noté que nous étions seuls au départ de Lucay. Jusqu’à Romorantin les voyageurs étaient bien rares. A Romorantin jusqu’à Salbris il a fallut rajouter une deuxième voiture. En plein mois d’août, les clients habituels sont en vacances.

   La charmante chef de gare de Lucay-le-Male nous a appris que les déplacements scolaires justifient le trafic de cette petite ligne de chemin de fer.

   Le BA (Blanc–Argent) n’est pas un chemin de fer touristique, il s’inscrit dans le plan des transports régionaux. Il est exploité par une entreprise privée. La voie est sous la responsabilité de RFF. La tarification est S.N.C.F..

   Ce compte-rendu de visite ne serait pas complet si j’oubliais de signaler le bon accueil du personnel de gare et de conduite du B.A. Tous ont patiemment répondu à nos nombreuses questions avec compétences et gentillesses. Qu’ils reçoivent ici nos remerciements et notre reconnaissance.

* Salbris à Pruniers en 2004 : 
   
ba20041.jpg (17728 octets) ba20042.jpg (20548 octets)
En gare de Salbris
ba20043.jpg (14915 octets)
Salbris : Vue vers l'avant
ba20044.jpg (28946 octets)
Rencontre à
La Ferté-Imbault...
ba20045.jpg (34692 octets)
...Suite...
ba20046.jpg (31479 octets)
Ouf !
ba20047.jpg (22229 octets)
Romorantin
ba20048.jpg (44726 octets)
L'autorail à Pruniers
ba20049.jpg (26034 octets)
La gare de Pruniers
ba200410.jpg (27589 octets)

 


II - Le tracé originel.

brinon.jpg (39208 octets)

Tracé entre Argent et Salbris.

souesmes.jpg (124884 octets)
Tracé entre Clément et Gièvres.

blanc.jpg (245551 octets)
Tracé entre Gièvres et Le Blanc.


III - Exploration des vestiges de la ligne déferrée entre Salbris et Argent.

baem.jpg (25021 octets)
Plate-forme du B.A. à Salbris vers Argent.

01.jpg (9461 octets)

   Poursuivant notre découverte et étude du B.A., nous y sommes retournés pour retrouver les vestiges de la ligne déferrée entre Salbris et Argent. Nous avons suivi quand cela était possible la plate-forme de cette ancienne ligne.

   Quelques mètres après la sortie de la gare B.A. de Salbris, on peut apercevoir à gauche l'ancienne embranchement qui allait vers Argent.

   La plate-forme s'écarte de la voie qui mène à Romorantin en arc de cercle jusqu'à la route nationale n° 20.

   Elle coupait cette grande artère par un passage-à-niveau dont il reste encore la maison de la garde-barrière.

03.jpg (14661 octets)
Plate-forme et garde-barrières sur la RN20 à Salbris

04.jpg (15417 octets)
Plate-forme entre Salbris et Souesmes

   Après avoir traversé, l'ancien tracé est maintenant une rue appelée précisément: impasse du B.A. Cette rue mène à un lotissement moderne qui interrompt la continuité de l'ancien parcourt.

   Au delà du lotissement et à la sortie de la ville de Salbris, la plate-forme est existe toujours.

   Elle borde la D 724 jusqu'à Souesmes. Elle est entretenue et peut être parcourue par des piétons ou des cyclistes.

  Elle coupait cette grande artère par un passage-à-niveau dont il reste encore la maison de la garde-barrière.

  Après avoir traversé, l'ancien tracé est maintenant une rue appelée précisément: impasse du B.A. Cette rue mène à un lotissement moderne qui interrompt la continuité de l'ancien parcourt.

   Au delà du lotissement et à la sortie de la ville de Sambris, la plate-forme existe toujours.

   Elle borde la D 724 jusqu'à Souesmes. Elle est entretenue et peut être parcourue par des piétons ou des cyclistes.

05.jpg (16636 octets)
La gare de Souesmes

  Avant d'enter dans Souesmes, l'ancienne voie tourne pour traverser la D 724 et c'est la gare de Souesme.

   L'ancien bâtiment de la gare est habité.

   En sortant se Souesmes la ligne s'écarte de la D 126 pour s'enfoncer dans les bois.

   Un pont métallique rouillé enjambe le Petit Sauldres.

07.jpg (29043 octets)
Plate-forme et passage à niveau de Souesmes

10.jpg (24601 octets)
Un pont sur la Petite-Sauldre entre Souesmes et Pierrefite

08.jpg (16430 octets)
Constructeur du pont

12.jpg (32438 octets)
Petit pont entre Souesmes et Pierrefite

14.jpg (19803 octets)
La gare de Piereefite-sur-Sauldre

16.jpg (28306 octets)
La plate-forme après Pierrefite-sur-Sauldre

 

  Avant d'entrer à Pierrefitte sur Sauldres, la ligne rejoins la D 126.

   Elle franchit les rigoles sur des petits ponts qui sont encore en bon état.

   La gare de Pierrefitte sur Sauldres en encore en place mais semble inhabitée. Les abords sont entretenus.

   Après Pierrefite, la ligne quitte la D 234 pour couper à travers les bois mais reste franchissable à pieds ou en vélo.

   Elle vient ensuite couper la D 234 un peu avant Brinon-sur-Sauldres.

20.jpg (31201 octets)
Le passage à niveau avant Brinon-sur-Sauldre

21.jpg (24505 octets)
La gare de Brinon-sur-Sauldre

22.jpg (17879 octets)
Maison garde-barrières n°421

23.jpg (19079 octets)
Maison garde barrières n°422

 

 La gare de Brinon-sur-Sauldres est construite suivant les mêmes plans que les gares précédentes.

   Après Brinon, la ligne n'est plus entretenue. Elle reste en parallèle avec la route jusqu'à Clémont. C'est un amas inextricable d'arbres et de ronces.

   A Clémont il ne persiste aucun vestiges. La gare a été détruite pour permettre la construction d'habitations modernes.

   La plate-formes est occupée par des pavillons.

   Au delà de Clémont jusqu'à Argent il ne reste aucun vestige qui puisse être parcouru à l'exception d'une courte zone entre la maison garde barrière 421 et la 422. Le chemin sert à desservir quelques champs.

   A Salbris il ne reste plus grand chose à voir. La plate-forme du B.A. est recouverte de ronces.

   La gare du B.A. n'est plus identifiable par rapport à la gare SNCF.

   La partie SNCF est également à l'abandon.

argent.jpg (19142 octets)
La gare S.N.C.F. d'Argent (ce qu'il en reste).

argent2.jpg (24347 octets)
La plate-forme du B.A. était là.

argent1.jpg (19562 octets)
Les voies S.N.C.F.

  


 La partie SNCF voies et bâtiments sont à l'abandon. Seule une voie est encore utilisée à faible allure par un train transportant du gaz qui circule une fois par semaine.


IV - Exploration des vestiges de la ligne entre Lucay-le-Male et Le Blanc.

   Dernière partie de notre exploration du B.A. voici la partie entre Lucay-le-Male et Le Blanc.
   Nous avons suivi la ligne et voici ce que nous avons vu et appris.

A4.jpg (9752 octets)
Passage à niveau sur la D960 entre Lucay-le-Male et Ecueillé.

   Départ de Lucay-le-Male comme lors de notre première visite mais en sens inverse et en voiture. Il y a des rails mais pas de train pour rouler dessus.
   Nous suivons la voie jusqu'à Ecueillé.
   Une collection de locotracteurs y est stationnée. La rouille colore les carrosseries.

A1.jpg (12067 octets)
La gare d'Ecueillé.

A2.jpg (17262 octets)
Les locotracteurs à Ecueillé.

B22.jpg (17424 octets)
Locotracteur et sa remorque à Heugnes.

B23.jpg (10256 octets)
La gare d'Heugnes.

  

 Nous reprenons notre progression par la route qui est accompagnée à quelques distances par la voie du B.A.
   A Heugnes, la gare est en excellent état, fraîchement repeinte.
   Un locotracteur et sa remorque y sont stationnés. Visiblement cette machine est en état de marche.

B21.jpg (17530 octets)
Attelage à Heugnes.

B20.jpg (12916 octets)
La voie à Pellevoisin.

B18.jpg (11161 octets)
La gare de Pellevoisin

B16.jpg (8136 octets)
Les voies en sortie de la gare de Pellevoisin.

   

Nous continuons notre route jusqu'à Pellevoisin. La gare est fraîchement repeinte et elle abrite le centre municipal du troisième age.

B14.jpg (12128 octets)
Le bout des rails à Argie.

B13.jpg (15506 octets)
La voie à écartement normal entre Argie et Buzançais.

B11.jpg (15671 octets)
La gare S.N.C.F. de Buzançais.

B10.jpg (14093 octets)
Vestige de la voie du B.A. à Buzançais.


 Puis nous arrivons à Argie, le terminus des voies gérées par la S.A.B.A.
   Nous nous demandions pourquoi le projet de circulation prévoyait de s'arrêter à Argie sans aller jusqu'à Buzançais.
   Notre photo, vous en communique la raison. La ligne est interrompue.
   La plate forme vers Buzançais est utilisée par la S.N.C.F. pour desservir l'entreprise qui s'est installée sur le tracé du B.A.
   Nous visitons la gare de Buzançais dans tous ses recoins. Nous finissons par découvrir à moitié caché par un revêtement en béton, des rails à écartement métrique. Nous sommes en présence d'une relique inespérée du Blanc-Argent.
   Nous suivons les rails. Nous n'allons pas loin, les rails sont tout de suite interrompus.
   Plus loin nous découvrons l'ancienne plate-forme de sortie de gare du Blanc-Argent.
   Nous progressons.

   Après Buzançais, la plate-forme du B.A. a pratiquement disparu.
   Les cultivateurs ont nivelé pour tout utiliser.
   La plate-forme réapparaît dans les zones boisées sous les ronces.
   L'immobilier est toujours en place comme les gares et les maisons des garde-barrières.

B06.jpg (18143 octets)
La plate forme du B.A. en sortie de la gare de Buzançais.

D11.jpg (17875 octets)
La garde-barrière de Chaventon sur la D11.

B03.jpg (17737 octets)
La plate-forme du B.A. à Vendoeuvres.

B01.jpg (11000 octets)
La gare de Vendoeuvres.

C23.jpg (14872 octets)
La plate-forme du B.A. entre Vendoeuvres et Mézières-en-Brenne.

C08.jpg (17692 octets)
La gare de Mézières-en-Brenne.

C07.jpg (16020 octets)
La gare de Douadie.

C06.jpg (8398 octets)
La gare de Le Blanc.

   

   A Vendoeuvres ont retrouve la gare et une portion de l'ancien tracé.

   A Mézières-en-Brenne la gare est à l'abandon. Malheureusement elle est en mauvais état.

   La gare de Douadie est habitée.

   Nous n'avons pas retrouvé d'autres vestiges que les maisons des passages à niveau à Le Blanc.


* LES DATES:

1902            ouverture du Blanc-Argent.
1951            fermeture entre Clémont et Argent.
01/09/1953  fermeture entre Le Blanc et Buzançais.
15/02/1973  fermeture entre Salbris et Clémont.
1976/77       dépose de la voie entre Salbris et Argent.
27/09/1980 fermeture entre Buzançais et Lucay-le-Male.

        D'après les précieuses informations d'Olivier Wileczelek  http://cosili.isuisse.com


* AUTRES SOURCES D'INFORMATIONS :
- Compagnie du Blanc-Argent :  http://www.multimania.com/blancargent/entree.htm
- Société d'Animation du Blanc-Argent (S.A.B.A.) entre Argy et Luçay-le-Male : https://www.traintouristiquedubasberry.com/historique/ .
- Olivier Wileczelek  http://cosili.isuisse.com
- Frédéric Delaitre : http://www.multimania.com/fdelaitre/Ba.htm 

- Le Blanc-Argent : http://space.tin.it/edicola/sguarna/Francais/page2.html  
- Le chemin-de-fer du Blanc-Argent : http://members.aol.com/Ferte41/Fert1.htm 
- Trains de France : http://perso.libertysurf.fr/clode/BA.htm 
- The European Railway Picture Gallery : http://mercurio.iet.unipi.it/pix/fr/museum/BA/pix.html 
- Autorail : http://autorails.multimania.com/romo1.htm 
- Office de Tourisme de Romorantin : http://members.aol.com/otsiromo
- De la réalité au modèlisme : http://space.tin.it/edicola/sguarna/ 
- Chemin-de-Fer Le Blanc-Argent : http://www.aventuriers.com/fr/france/centre/41_dec_blancargent/ 
- Chemin-de-fer Le Blanc-Argent : http://perso.wanadoo.fr/gite.vernusset/AccueilBA.html 
Les journées gastronomiques de Sologne avec l'autorail du Blanc-Argent : http://members.aol.com/otsiromo/frame34.htm 

Merci à :
- René Bureau
- Jean-Pierre.Laurent
- Cartes Michelin
- Cartes Oberthur.
- Daniel Wantz
- Olivier Wileczelek http://cosili.isuisse.com
- La délicieuse Chef-de-gare de Lucay-le-Male
- Le conducteur sympa du train de 8h39 à Lucay-le-Male...
- H. Laroque (Office de Tourisme de Romorantin).
- Fabien Mercier.
- tous les Solognotes et solognots qui nous ont aidés.

Les auteurs :

René Bureau : 5 avenue du Grand parc, 78450 Villepreux.
Daniel Wantz : 12 impasse Ressort, 92240 Malakoff; bmt@nerim.fr


 

2018 ??? Le Blanc - Argent : vers une nouvelle bataille du rail ? - 21/02/2018 - La Nouvelle République.fr
   Entre Salbris et Valençay, sur la ligne du Blanc - Argent, le rapport “ Spinetta ” inquiète particulièrement. Une pétition a déjà recueilli plus de 400 signatures.
   N’en déplaise à Monsieur Spinetta, les Romorantinais et les Solognots tiennent à leur BA. Et Didier Guénin tient à le faire savoir. Quelques jours après que le fameux rapport préconisant la fermeture des lignes ferroviaires les moins fréquentées de l’Hexagone a été rendu public, le premier adjoint au maire de Romorantin a décidé de ne pas rester à attendre. « A n’en pas douter, il y a urgence à nous mobiliser afin de défendre notre BA », estime l’élu solognot qui s’est fendu d’une pétition, « à titre de citoyen » précise-t-il. Mise en ligne dimanche dernier, sa pétition, « Défendons nos trains ! Les Solognots tiennent à leur BA » atteignait déjà plus de 400 soutiens, hier après-midi.

Café citoyen le 1er mars
   « Ça n’a pas suffi à étendre mon ras-le-bol et ma colère. Si cette ligne venait à être supprimée, ceux qui en ont le plus besoin seraient pénalisés, redoute Didier Guénin, sans tenir compte des réalités du territoire et de la création de richesse que permet cette ligne de chemin de fer. »
   Une ligne qui totalisait 220.000 voyages en 2016, avec les trajets en TER, mais aussi en cars gérés par la même société, Keolis. Pour les chiffres, on peut aussi citer les 24.000 km en train et les 5,5 millions d’euros de chiffre d’affaires réalisés par la Compagnie du Blanc - Argent la même année.
Patrimoine local vieux de plus de 115 ans, Le Blanc - Argent a ses fidèles et l’élu de la majorité municipale n’est pas le seul à vouloir défendre sa ligne métrique régionale, qui relie Valençay à Salbris sur 56 km, entre Indre et Loir-et-Cher.
   Plus à gauche de l’échiquier politique, Jean-Claude Delanoue, ancien conseiller régional communiste, est toujours en première ligne lorsqu’il est question du Blanc - Argent. Lui aussi est sorti de son silence pour organiser un Café citoyen le jeudi 1er mars (*). « Une première rencontre d’information et de mobilisation à l’imitative des Rencontres du service public », commente Jean-Claude Delanoue. Jean-Michel Bodin sera de la partie.

286 élèves abonnés
   Ce second nom rappellera certainement quelques souvenirs à ceux qui s’étaient mobilisés pour sauver le BA il n’y a pas si longtemps que ça, en 2010. L’ancien vice-président de la Région Centre, en charge des transports, figurait en première page du livre « Blanc - Argent : la renaissance », publié par Jean-Claude Delanoue en 2012, long résumé de la mobilisation citoyenne jusqu’au sauvetage du Blanc - Argent, alors qualifiée « bataille du rail », jusqu’à ce que la Région, Réseau ferré de France, avec une aide de la communauté de communes du Romorantinais et du Monestois, ne mobilisent les 14 millions d’euros indispensables au chantier de modernisation de la ligne, condition de sa survie.
   Six ans plus tard, le spectre de l’arrêt du petit train bleu et gris inquiète. « Plus que de l’inquiétude, je suis en colère », lâche Jean-Claude Delanoue qui, au-delà de l’utilité quotidienne du BA pour les collégiens et lycéens (286 élèves abonnés sur l’année scolaire 2016-2017), redoute « la casse du service public. » L’ancien élu se dit prêt à croiser de nouveau le fer pour sauver la ligne si besoin et appelle au « rassemblement le plus large possible » contre cette « logique comptable. »
(*) Le rendez-vous est pour l’instant prévu à 17 h au café Le Saint Jean à Romorantin, mais susceptible d’évoluer.

https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/le-blanc-argent-vers-une-nouvelle-bataille-du-rail


Le Blanc-Argent a besoin de jeunes - 23/12/2018 - La Nouvelle République.fr
Le Syndicat mixte du train du Bas-Berry et la Société pour l’animation du Blanc-Argent (Saba) ont lancé une campagne de recrutement de bénévoles. Pour cela, ils organisent des réunions d’information dans les chefs lieux de canton tels que Châtillon, Valençay, Écueillé, Chabris, Levroux et Buzançais.
« L’objectif de ces rencontres est de présenter toutes nos activités, tous les métiers proposés. C’est aussi de poursuivre notre développement sur le territoire. Nous avons eu, cette année, 5.000 visiteurs. Notre objectif est d’atteindre les 10.000 », explique Jacques Brizou, président.
Appel à des compétences multiples
Des compétences en maintenance, conduite, métier du bâtiment, animations, ventes, accueil, mécanique, voie et maintenance, commercialisation, etc., sont demandées. En 1989, de fervents passionnés de lignes ferroviaires anciennes ont fondé une association afin de préserver l’un des ultimes vestiges des anciennes lignes métriques rurales, demeuré dans son état d’origine, entre Argy et Luçay-le-Mâle.
Tout doucement, l’action de la Saba a abouti à l’inscription de la ligne et de ses édifices à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques.
Les bénévoles arrivent en nombre, en 1991, et les travaux de débroussaillage commencent. En 1995, l’exploitation du train touristique est confiée à l’association. Des achats de matériel roulant (autorails, locomotives, tracteurs, voitures voyageurs, etc.) ont lieu. Des bâtiments sont construits à la gare d’Écueillé, et la machine à vapeur arrive. Mais les pionniers de cette aventure prennent de l’âge et souhaitent maintenant passer le relais.
_____________________________________________________________________________________________________________________________

De nouveaux bénévoles s’investissent pour le Blanc-Argent - 13/02/2019  - La Nouvelle République.fr
   Samedi, la Société pour l’animation du Blanc-Argent (Saba) et le Syndicat mixte pour la valorisation du train touristique organisaient une rencontre avec des personnes intéressées par Le Blanc-Argent. Cette manifestation faisait suite à diverses réunions tenues dans les communes qui environnent la ligne touristique. Cela avait été le cas de Châtillon, Valençay, Ecueillé, Chabris et, récemment, Buzançais. Une trentaine de personnes étaient présentes à la gare d'Ecueillé.
   Pour Jacques Brisou, président de la Saba et Philippe Kocher, adjoint au maire d’Heugnes, les objectifs de ces rencontres étaient de rappeler l’activité de la Saba et du Train du Bas-Berry, mais aussi d’annoncer les perspectives de la saison 2019 qui verra le prolongement de la ligne touristique jusqu’à Valençay, suite à la mise à disposition de la section de ligne Luçay-Valençay, dans le cadre d’une convention. Ceci va induire des travaux supplémentaires pour les bénévoles et les communes traversées, mais aura des retours positifs sur l'économie locale. Il existe une véritable demande de la part des touristes et l’ouverture du tronçon Lucay-le-Mâle - Valençay va offrir une jonction avec le TER, permettant aux amoureux du petit train de venir le découvrir depuis Paris et les grandes villes. Dans le même temps, le Train du Bas-Berry se révèle être une attraction incontournable sur le tracé de L’Indre à vélo, récemment lancé dans le prolongement de La Loire à vélo. Une piste sérieuse de développement de l’économie touristique qu’il ne faudrait pas négliger.
   Tournée vers l’avenir, la Saba va au-devant des populations qui environnent la ligne touristique pour les inciter à la rejoindre. L’association a grand besoin de bénévoles actifs. Dans le cadre de l’élargissement de son activité, mais aussi pour en assurer la pérennité.
   La Saba recrute des bénévoles dans tous les métiers (accueil, mécanique, maintenance, conduite, métiers du bâtiment, animation, ventes, informatique, voies et matériel, commercialisation…). Elle les forme et s’adapte à leurs disponibilités.
_____________________________________________________________________________________________________________________________
Le train touristique du Bas-Berry de retour - 22/02/2019  - La Nouvelle République.fr
   Mercredi dernier était un jour historique pour la ligne touristique du train du Bas-Berry (TBB). Une convention signée avec la SNCF autorise l’utilisation de la voie ferrée entre Luçay-le-Mâle et Valençay. Deux nouveaux autorails X 240, construits dans les années 1980, qui ne circulent plus sur la partie TER, l’un portant le nom de Valençay et l’autre de Romorantin, sont mis à la disposition de la Saba - l’exploitant de la ligne - par la SNCF et la Région Centre. Ils sont arrivés mercredi matin, à 10 h, en gare de Valençay, reconstituant ainsi une partie de l’ancienne ligne du Blanc-Argent.
   Cette ligne touristique est la plus longue ligne métrique de France avec ses 40 km entre Valençay et Argy. « Ces trains seront en service pour toute la saison touristique, ajoutés à des trains spéciaux qui pourront circuler toute l’année, précise Mireille Chaloppin, présidente du Syndicat mixte pour la valorisation du train touristique. Tous les bâtiments de la ligne sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des Bâtiments de France. C’est une richesse pour notre département. » A l’arrivée de ces deux autorails, de nombreux curieux étaient présents, en compagnie de Claude Doucet, maire, et Gérard Nicaud, conseiller régional, qui se félicitent de cette initiative qui va enrichir l’offre touristique.
_____________________________________________________________________________________________________________________________

Les X 241 ET 240 du B.A. sauvegardés - 26 avril 2019 par : B. Vieu et F. Lanoue  - La Nouvelle République.fr
   Le 20 février dernier a eu lieu le transfert entre Romorantin et Valençay, à l’aide d’un X 74500, des deux autorails X 241 et X 242 du Blanc – Argent (BA), inutilisés depuis le 15 juin 2015, car dépourvus du Daat (dispositif d’arrêt automatique des trains) et radiés le 7 décembre 2017. De Valençay à Écueillé c’est par leurs propres moyens, en UM, qu’ils ont regagné le centre nerveux de la ligne Valençay – Argy du Chemin de fer touristique du bas Berry (TBB), à savoir le dépôt d’Écueillé où ils seront désormais basés Cette mise à disposition permettra d’étoffer le parc d’autorails opérationnel, constitué des Verney X 221 et 224 et de leurs remorques XR 701 et 703. Le De Dion X 205 n’est pas encore restauré. Une convention a été signée récemment pour la mise à disposition du TBB de la section Valençay – Luçay (9 km) qui avait été fermée en octobre 2009.

https://www.railpassion.fr/materiel-actualites-rp/x-241-240-ba-sauvegardes/

_____________________________________________________________________________________________________________________________

Dernière modification: dimanche 28 avril 2019