PARIS - BASTILLE
Boissy-Saint-Léger à Marles-en-Brie.
René Bureau - Monique et Jean-François Cassan - Claude Dapei - Guy Denoual - Gérard Salvez - Rémy Sarrade - Daniel Wantz - Olivier Wileczelec (Dudul)
 


 

Boissy-Saint-Léger à Marles-en-Brie.

 
LIMEILA.TIF (675381 octets)
Limeil-Brévannes, PN 9
LIMEILC.TIF (675381 octets)
Limeil-Brévannes, PN 9
Faisant suite à l’espace de refoulement du RER A à Boissy-Saint-Léger, l’ancienne ligne continue, en double voie.
Une seule voie existe encore jusqu’au passage à niveau n°9, rue du Tertre à Limeil.
 LIMEILB.TIF (675381 octets)
Limeil-Brévannes, PN 9, voie piétonne
A partir de là, il n’y a plus de rails. La plate-forme a été transformée en voie piétonne pour la promenade.
LIMEILD.TIF (675381 octets)
Limeil-Brévannes, un peu plus loin elle traverse un ensemble sportif et une zone industrielle.
Nous n’avons pas trouvé la gare de Limeil.

Limeil-Brévannes, la gare a été détruite lors des travaux de la L.G.V. interconnexion
(photo : Rémy Sarrade)


Limeil-Brévannes, la gare était au niveau de la route et les quais en contre-bas (pont rail).
(photo : Rémy Sarrade)
CHENEVGR.TIF (658059 octets)
Villecresnes, la gare (détruite).
A Villecresnes, nous n’avons pas trouvé l’ancienne gare. Ce bâtiment a sans doute disparu victime des travaux de terrassement pour la construction de la ligne TGV.
 CHENETGV.TIF (658059 octets)
Villecresnes, tunnel du TGV.
La voie est ensuite réutilisée par une voie de raccordement pour le TGV qui y passe en souterrain.
Le tunnel TGV émerge à l’air libre après Villecresnes.
La sortie du tunnel du TGV abandonne l’ancien tracé.

Villecresnes, la gare (avant destruction).
(photo :  Claude Dapei et au bulletin de Villecresnes)
MANDGR.TIF (658059 octets)
Mandres-les-Roses : la gare.
La gare et la maison garde-barrière en mauvais état de conservation de Mandres-les-Roses sont ensuite retrouvées, isolées en pleine campagne. La plate-forme deferrée est toujours visible.
En 2018 ===>>
Villecresnes

Les Graviers

Servon
 

MANDPN.TIF (658059 octets)
Mandres-les-Roses, la maison garde-barrières.
SANTENY.TIF (658059 octets)
Santeny-Servon, la gare
La gare suivante est en bordure de la nationale 19. C’est la gare de Santeny-Servon.
 BRIEGR.TIF (636341 octets)
Brie-Comte-Robert : la gare.
Le même délabrement est constaté pour la gare suivante, celle de Brie-Comte-Robert. Cette gare est pourtant en agglomération.
BRIEPN.TIF (646331 octets)
Brie-Comte-Robert : maison garde-barrières.
PONT.TIF (636341 octets)
Grisy : pont.

GRISY1.TIF (664917 octets)
Grisy-Suisnes : la gare.
Une surprise nous attend à Grisy-Suisnes ou nous découvrons une gare en parfait état. La commune de Grisy l’utilise pour abriter ses associations. C’est à notre avis, une excellente idée.
GRISY2.TIF (664917 octets)
Grisy-Suisnes : la gare
 COUBERT1.TIF (664917 octets)
Coubert-Soignolles : la gare
La gare suivante, Coubert-Soignolles nous replonge dans la ruine. Elle est tagguée et squattée.
Le tracé de la voie n’y est même plus visible.

En 2003 elle est complètement rénovée.
Info : http://solers.free.fr/trains.html
que nous remercions.

DSCF0020.jpg (44989 octets)
Coubert-Soignolles : la gare a été restaurée.

Photo : Guy Denoual

DSCF0023.jpg (55332 octets)
Coubert-Soignolles : la façade coté quai.

Photo : Guy Denoual

DSCF0026.jpg (47768 octets)
Coubert-Soignolles : Il faudrait peut-être rafraichir la peinture du nom de la gare.

Photo : Guy Denoual

DSCF0021.jpg (54252 octets)
Coubert-Soignolles : la vieille halle marchandise.

Photo : Guy Denoual

DSCF0029.jpg (56666 octets)
Coubert-Soignolles : la vieille halle marchandise, détail.

Photo : Guy Denoual

SOLERS.JPG (28732 octets)
Solers : pont
A l’occasion de notre déplacement vers la gare suivante, nous passons au dessus de l’ancienne ligne à proximité de Solers. La tranchée y est envahie par les ronces.
SOLERS1.TIF (675381 octets)

Solers : pont

Voir : http://solers.free.fr/trains.html

DSCF0031.jpg (44057 octets)
Je me suis intéressé à une catastrophe ferroviaire peu connue qui eut lieu sur le viaduc de Solers le 10 Aout 1918.
Le viaduc dans la verdure. Deux arches sont cachées par les arbres. Vers la gauche, Paris, vers la droite Verneuil l'étang.

Histoire :
Mars 1918, percée Ludendorff, en mai les allemands sont sur la Marne et
menacent à nouveau Paris. C'est la seconde bataille de la Marne.
En juillet, l"armée allemande est stoppée et Foch prépare une grande offensive qui aura lieue le 8 Aout.
On utilise donc à fond les voies ferrées pour déplacer en tous sens les troupes, les chevaux et le matériel. Le viaduc de Nogent voit passer jusqu'à 13 trains à l'heure ..
Texte & photo : Guy Denoual
DSCF0035.jpg (89822 octets)
Sur le viaduc.

Histoire (2) :
L'armée avait fait prolonger la ligne de la bastille de verneuil l'etang à Marles en brie sur la ligne de Coulommiers (cette liaison avait sonné l'abandon du prolongement "stratégique" de la ligne Esblty-Crécy jusqu'à
Coulommiers) afin d'atteindre l'est par Esternay et la suite parrallèlement à la ligne 1 Paris-Strasbourg. Tout avait été cosntruit à 2 voies pour
raison militaire.

Bien leur en avait pris car en ce début Aout 1918, les ponts sur la marne de la ligne 1 avait été détruits par les allemands après Trilport.

Texte & photo : Guy Denoual
DSCF0036.jpg (59411 octets)
En bas la rivière Yerres (qui se jette dans la seine près de la gare de Villeneuve St georges).

histoire - 3
La ligne d la bastille connait donc un trafic intense en ce 10 aout. Des troupes au repos arrivent par Troyes-verneuil- Solers - ceinture- et file vers le nord, d'autres arivent de l'ouest par la ceinture - solers - verneuil - coulommiers et vers l'est. Les convois militaires circulent donc dans les 2 sens.

Texte & photo : Guy Denoual
DSCF0051.jpg (62657 octets)
Le viaduc vu d'un gué sur l'Yerres (curiosité du coin, 3 routes passant encore à gué la rivière).

Histoire :
Cette nuit du 10 Aout 1918, un train d'artileurs parti de Vincennes tombe en panne sur le viaduc de Solers. Il est 3h30 du matin. Il fait nuit. Le chef
de train va poser des pétards en amont selon le réglement. Le mécano du train suivant, qui transportait l'autre partie du même régiment, n'entendit
pas les pétards et entra à toute vitesse dans l'arrière du train en panne ..

Texte & photo : Guy Denoual

DSCF0040.jpg (82564 octets)
Juste avant le viaduc, le pont routier par où arriveront les secours.

histoire:
Dans la collision, 2 wagons tombent sur l'autre voie.  Malheureusement dans
l'autre sens arrive à ce moment un autre train de tirailleurs marocains qui étaient au repos en Meurthe et moselle et sont envoyés dans le nord vers
Compiègne. La collision est inévitable. 4 wagons tombent dans la rivière

Texte & photo : Guy Denoual

DSCF0042.jpg (50307 octets)
Aujourd'hui on ne voit pas le viaduc à partir du pont mais à l'époque ....

Histoire :
Cette catastrophe était bien entendu sous censure militaire. Les journaux de l'époque en parlèrent très peu, n'indiquèrent pas qu'il s'agissait de convois militaires (ne pas démoraliser la troupe en pleine contre attaque) et parlèrent de 18 "voyageurs" de tués. Après guerre, il fut bien difficille
de connaitre le nombre exact de victimes.

Texte & photo : Guy Denoual

solers photo1.jpg (23263 octets)
extrait du livre "histoire des Cf de seine et marne" éditions Matteis (livre épuisé) dont j'ai tiré les détails de cette histoire.

Texte & photo : Guy Denoual

DSCF0065.jpg (51830 octets)
Le monument aux morts de SOLERS : les victimes de la catastrophe ferroviare n'ont pas été oubliés.

Histoire :
Les chiffres officiels sont de 24 morts, 1 disparu, 61 blessés, et 101 chevaux de tués.

Texte & photo : Guy Denoual

DSCF0067.jpg (91527 octets)
Les victimes ont été enterrées dans un carré particulier au cimetière de Solers.

Il y a 26 tombes. Le disparu a donc du être retrouvé et un blessé a succombé sur place à ses blessures.

Texte & photo : Guy Denoual

DSCF0082.jpg (105324 octets)
La rangé du fond est composée des tombes de Polonais, de russes et d'un
Brésilien.
On remarque aussi 2 tombes musulmanes (le 3e train transportait un coprs de
tirailleurs marocains). Le reste  est composé de "territoriaux" surtout des bretons car un régiment était composé de bretons.

Texte & photo : Guy Denoual

DSCF0078.jpg (113381 octets)
Les noms ont été enlevés sur 3 tombes. les corps auraient été rendues à leur famille.

En conclusion,
Bien que n'étant du genre "patriotique", je regrette quand même que ce carré est dans un état d'abandon. Les crois en bois n'ont pas été repeintes
depuis longtemps et commencent à se détériorer; les croix ne sont plus très
droites et alignées; on voit les cocardes des nationalités  qui sont décollées; le garvier n'a pas été lavé si ce n'est par la pluie.

Bref, une honte.

En plus, il faut le trouver le cimetière, pas un panneau dans le village et il est au fond d'une impasse étroite caché par les maisons. Pour la mairie
aussi qui est difficile à trouver. pas très accueillante.

Le pire est qu'il y a un cimetière allemand de la dernière guerre qui lui est impeccable, bien signalé (j'ai vu le jardinier qui était du village mais est employée - c'est une jeune femme -  par l'ambassade d'Allemagne).

Texte & photo : Guy Denoual

j'espère que cette histoire vous a plu car elle commence à quitter les mémoires.
Je ne sais pas s'il y a eut un autre accident ferroviaire aussi grave pendant la guerre 14/18.

Texte & photo : Guy Denoual

-ooOoo-

Solers (Gérard Chalvet)
   Dans un ouvrage allemand consacré aux catastrophes de chemin de fer (Historische Eisenbahn-Katastrophen, Eisenbahn Kurier), on mentionne l'accident du pont de Solers de la ligne de Vincennes, un train en détresse venant de Paris ayant été rattrapé, ses wagons poussés sur l'autre voie , percutés ensuite par le train venant de Verneuil.
   Bilan :20 morts dans les wagons tombés du pont de Solers et 30 blessés graves.
   L'accident a eu lieu le 13 08 1918; bizarrement, il n'est pas mentionné dans les ouvrages consacrés à cette ligne. Auriez-vous des informations sur cet évènement?

Oui, Guy Denoual a répondu un peu plus haut.

 YEBLES2.TIF (639821 octets)
Yèbles-Guignes : pont au dessus de la N19
 YEBLES1.TIF (639821 octets)
Yebles-Guignes : la gare
A Guignes nous trouvons la gare de Yébles-Guignes en excellent état et parfaitement conservée dans son état originel.
 YEBLES.TIF (675381 octets)
Yèbles-Guignes : au dessus de la N19

VERN1.TIF (639821 octets)
Verneuil-l'Etang : embranchement.
Ensuite la ligne coupe à travers bois pour s’aiguiller sur la ligne Paris—Bâle » à Verneuil-l’Etang.
L’appareil de voie y est toujours visible. Il permet l’accès a quelques longueurs de rails fermées par un buttoir.
Après les quais, la ligne se détache vers la droite en arc de cercle pour ensuite passer au dessus de la voie sur un pont qui a perdu son tablier
VERN2.TIF (639821 octets)
Verneuil-l'Etang : embranchement
 VERNGR.TIF (639821 octets)
Verneuil-l'Etang : la gare
.VERNEUIL.TIF (675381 octets)
Verneuil-l'Etang : la gare.
PB30.TIF (658059 octets)
Verneuil-l'Etang : la ligne passait au dessus. 

PB32.TIF (643199 octets)
Chaumes : Avant Chaumes, la voie est retrouvée à l’approche d’un viaduc.
La gare de Chaumes est préservée d’un sort funeste par les services ….. qui s’y sont établis.
La voie chemine ensuite vers Fontenay-Trésigny et Marles-en-Brie.
BW03.JPG (7752 octets)
Chaumes : viaduc.         (photo : Rémy Sarrade)
 PB34.TIF (643199 octets)
Chaumes : La plate-forme est livrée aux piétons et cyclistes.
PB35.TIF (643199 octets)
Chaumes : maison garde-barrières
PB31.TIF (658059 octets)
Chaumes : La gare de Chaumes est préservée d’un sort funeste par les services ….. qui s’y sont établis.


Fontenay-Trésigny : la gare coté rue.
(photo : René Bureau)

Fontenay-Trésigny : la gare coté voies.
(photo : René Bureau)
 
Fontenay-Trésigny : gare aux marchandises.
(photo : René Bureau)

Fontenay-Trésigny : gare aux marchandises.
(photo : René Bureau)

Marles-en-Brie : la gare
(photo : René Bureau)


Marles-en-Brie : maison passage à niveau dans la boucle de retournement.
(photo : René Bureau)
       

 


 

Remerciements
On a beaucoup à apprendre des autres !

- Merci aux souvenirs du promeneur d’un certain age qui a vu les trains passer.
- Merci à Olivier Wileczelek (Dudul) pour toutes les dates ( http://cosili.isuisse.com )
- Merci à Claude Dapei et au bulletin de Villecresnes de l'automne 1988.
- Merci à Guy Denoual pour ses visites historiques et ses photos.
- Merci à Rémy Sarrade pour les photos d'époques ( http://perso.wanadoo.fr/rue_du_petit_train ).
- Merci à Gérard Salvez pour un point historique.
- Merci à René Bureau, Monique et Jean-François Cassan.
- Merci à Solers.free.fr (http://solers.free.fr/trains.html)


Dernière modification le : jeudi 19 avril 2018